Axe 1 : Nouveaux environnements et processus conceptuels

Sous la direction de Cecily Raynor, cet axe s’intéresse à la manière dont le numérique se présente comme un nouvel environnement-support qui reconfigure la façon dont la recherche est produite, est mise en forme et circule dans les communautés scientifiques. Nous ferons le point sur des expériences de diffusion numérique des contenus savants comme Érudit, Revues.org, OpenEdition et la collection « Parcours numériques » (codirigée par Eberle-Sinatra et Vitali-Rosati), en analysant la structure théorique et technique des plateformes et en relevant les enjeux conceptuels et pratiques. Nous mettrons aussi en avant un environnement d’édition critique et une plateforme collaborative de constitution de corpus. Cet axe regroupe des chercheurs qui développent une réflexion théorique sur les enjeux du numérique et sur les changements culturels déterminés par les technologies. Cet axe s’interrogera plus particulièrement sur l’impact du numérique sur les processus conceptuels. En quoi cela change-t-il notre façon de voir, de concevoir et de comprendre le monde ? Le numérique se positionne aujourd’hui, cela ne fait plus de doute, comme un langage universel. Il représente, traduit, exprime la presque totalité des activités humaines : avant toute autre langue, nous parlons, et partageons, le numérique. Comment ce prisme nouveau affecte-t-il nos cartes mentales et cognitives ? Comment nous pousse-t-il dans certaines directions sociales, politiques et psychologiques plutôt que d’autres ? Comment les processus numériques ont transformé notre relation à des artefacts historiques ? Comment pourrions-nous définir une phénoménologie du numérique ?

Ce contenu a été mis à jour le 22 novembre 2018 à 12 h 22 min.