Colloque ACFAS 2019 : « Éditions critiques : nouveaux outils, nouvelles possibilités »

Après un premier colloque à l’ACFAS du Centre de Recherche Interuniversitaire sur les Humanités Numériques en 2014 (« Repenser le numérique au 21ème siècle« ) et un deuxième en 2017 (« La publication savante en contexte numérique« ), nous proposons en 2019 un colloque de notre équipe FRQSC « Groupe de Recherche sur les Éditions critiques en contexte Numérique » sur la question plus spécifique mais tout aussi importante sur la question des outils de fouille et visualisation développés pour des éditions critiques. (Ici, édition critique étant entendue comme la production savante d’un document accompagnée d’annotations, de commentaires et autres matériaux jugés opportuns par l’éditeur.) La nature même des éditions critiques a subi des changements majeurs avec l’explosion des données et la transformation des savoirs, et ce, tant sur le plan de la quantité d’information disponible que de la manière de la représenter. L’étude de ces changements et l’exploration concrète de nouvelles formes d’éditions critiques via l’implémentation d’outils informatiques (dont plusieurs ont été développés par des contributeurs pressenties à notre événement) sont au cœur de notre colloque.

Notre colloque est construit sur deux axes interdisciplinaires abordant chacun deux grandes phases du processus d’éditorialisation, à savoir 1) la production et circulation des connaissances 2) leur validation et légitimation. Ces axes ont été conçus de manière flexible afin de maximiser la collaboration des chercheurs et des partenaires et d’encourager les discussions qui auront lieu durant notre événement. Nous soutenons que l’on doit penser l’édition critique en réconciliant les caractéristiques scientifiques de structuration, de richesse et de complexité, et les pratiques réelles des chercheurs. Associer efficacité et richesse suppose peut-être de déplacer ces pratiques ou de les accompagner vers plus de scientificité, grâce à des outils et des protocoles plus adaptés aux différents utilisateurs de la chaine éditoriale. Pour ce faire l’édition critique doit repenser ses fondements et ses modèles épistémologiques, tant d’un point de vue théorique que pratique.

Il faut s’intéresser à la manière dont le numérique se présente comme un nouvel environnement-support reconfigurant la façon dont la recherche est produite, mise en forme et circule dans les communautés scientifiques. En effet, les nouvelles possibilités d’exploitation de contenus (en termes de recherche, de classement, d’analyse, de visualisation), encore impensables auparavant, font émerger de nouveaux dispositifs d’écriture et de lecture.

L’ambition principale de notre colloque est de réfléchir aux transformations du texte imprimé toujours dominant vers le support numérique tout en optimisant les bénéfices de son potentiel interactif et analytique à travers une discussion approfondie des nouveaux outils à la disponibilité des chercheurs.

Programme :

8h45-9h : Mots de bienvenue
9h-10h15 : Conférence Plénière — Président de séance: Michael E. Sinatra et répondante: Servanne Monjour (McGill University)

  • Aurélien Berra (Université Paris-Nanterre) « Critique et/ou numérique : le point de vue des études classiques »

10h15-10h45 : Pause café
10h45-12h45 : Session #1 — Présidente de séance: Michael E  Sinatra 

  • Marcello Vitali-Rosati (Université de Montréal) : « Ce n’est pas qu’une question d’édition : érudits, amateurs et posthumanisme »
  • Jean-François Vallée (Collège de Maisonneuve) : « Entre édition savante et édition littéraire : au-delà du langage binaire? »
  • Emmanuel Château-Dutier (Université de Montréal) : « L’indexation collaborative des éditions historiques »
  • Pascal Guy (Université d’Orléans) et Simona Antin (Université de Bretagne Occidentale, Brest) : « L’éditorialisation au service de l’orientation tout au long de la vie »

12h45-13h45 : Déjeuner
13h45-15h15 : Session #2 — Présidente de séance: Cecily Raynor

  • Renée Bourassa (Université Laval), Jean-Marc Larrue (Université de Montréal) et Gabrielle Godin (Université Laval) : « Du magique au numérique : Espaces liminaires de l’authenticité »
  • Samuel Szoniecky (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) et Gabrielle Godin (Université Laval) : « Jardiner les espaces liminaires des corpus »
  • Stéphane Vial (UQAM) : « Le texte comme pâte à modeler : pour des expériences fluides et liquides »

15h15-15h30 : Pause café
15h30-17h : Session #3 — Président de séance: Dominic Forest

  • Margot Mellet (Université de Montréal), Marcello Vitali-Rosati (Université de Montréal), Elsa Bouchard (Université de Montréal), Servanne Monjour (McGill University) : « AP POP : Anthologie Palatine, Plateforme Ouverte des Parcours d’imaginaires »
  • Robert Alessi (CNRS UMR 8167 Orient & Méditerranée – Paris, France) : « ‘ekdosis’ pour LuaLaTeX: éditions critiques multilingues, valorisation des emprunts, circulations et rédactions parallèles »
  • Marie-Claire Beaulieu (Tufts University) : « Le Digital Milliet: la peinture grecque et romaine au 21e siècle »

17h-18h : Présentation boursières GREN — Président de séance: Dominic Forest

  • Talitha Bueno Motter
  • Catherine Nygren
  • Margot Mellet

Ce contenu a été mis à jour le 27 mai 2019 à 6 h 42 min.